top of page

DOSSIER | Pourquoi la fin des Fastpass Disney n'est pas une si mauvaise nouvelle...

Dernière mise à jour : 29 déc. 2023

Alors que Disneyland Paris a fini par réouvrir ses portes après 8 mois de fermeture le 17 juin dernier, le parc a annoncé la fin d'un de ses services les plus populaires, le Fastpass. Il s'agit de son célèbre coupe-file accessible pour tous les visiteurs de façon gratuite. Intéressons-nous sur le concept du Fastpass, son histoire, ses avantages et inconvénients ainsi qu'à son avenir dans les parcs Disney.

En quoi consistait le Fastpass ?

Il s'agissait d'un service gratuit, permettant d'obtenir des tickets pour certaines des attractions les plus populaires du parc. Ce ticket, était muni d'un horaire, correspondant à une heure de passage dans l'attraction.






Une fois cet horaire arrivé, il suffisait d'aller à l'attraction en question, de donner ce ticket à un employé (Cast member), pour accéder dans une file d'attente dédiée. Cela permettait de faire l'attraction en quelques minutes d'attente seulement, sans passer directement par la file d'attente classique (standby entrance). Pour obtenir ce ticket, des bornes étaient mises à disposition des visiteurs à proximité des attractions concernées. Il fallait scanner son billet d'entrée, permettant de libérer ce célèbre sésame. Vous l'aurez compris, le Fastpass permettait aux visiteurs d'attendre moins, en étant prioritaire par rapport à ceux qui n'en possédaient pas. Ainsi, sur le papier, ce service présente du positif en tout point, mais nous verrons plus tard qu'il peut être source de problème et qu'il remet en cause le bon fonctionnement de la file d'attente normale. Mais d'abord, venons en à son histoire et à l'origine de sa création.


Son implantation a commencé dès la fin des années 90 :

Revenons plus de 20 ans en arrière. Les parcs Disney sont déjà à l'époque réputés, notamment aux États-Unis. Souvent, les temps d'attente augmentent vite, et les attractions se retrouvaient avec des files exorbitantes, qui découlent en toute logique, par une insatisfaction des visiteurs. Les attractions de l'époque étant au passage, moins capacitaire (elles accueillaient moins de personnes) que celles conçues actuellement. Ainsi, les files d'attente s'allongent et stagnent. Cela s'explique aussi par une volonté de faire des économies à ce moment précis. Malgré un succès des deux complexes Disney aux États-Unis, l'ouverture de Disneyland Paris en 1992 s'avère être difficile. La Walt Disney Compagnie est dans le rouge, et cela va avoir un impact sur l'ensemble des parcs du groupe. Ainsi, les attractions fonctionnent en sous-capacité, l'entretient de certaines pièces de ces dernières étant coûteux, les conditions pour accueillir toujours plus de visiteurs ne sont pas forcément optimales. Disney doit trouver une solution au plus vite, pour fluidifier les files et mieux gérer les flux de milliers de visiteurs quotidiens. Disney lance alors, le Fast Pass en 1999.

La première attraction équipée de Fastpass se trouve dans l'un des quatre parcs de Walt Disney World en Floride. Il s'agit de l'attraction Kilimanjaro Safaris dans le Disney's Animal Kingdom, alors dernier parc du complexe. La même année, ce système arrive également à Disneyland Paris, pour l'attraction Indiana Jones et le Temple du Péril.


Il s'agit ainsi du premier service de coupe-file, tout parc confondu dans le monde. Le système sera étendu dans tous les parcs Disney, et sur de nombreuses attractions.

En accompagnement de ce coupe-file, une phrase qui nous fait comprendre simplement le concept : "Get a time, Why wait in line ?", autrement dit, "prenez une heure, pourquoi faire la queue ?".

Dans le logo, partagé ci-dessus, on y voit Donald qui court, certainement prêt à monter dans une attraction en toute rapidité grâce au ticket, il en perd même son chapeau !


L'impact du Fastpass sur les autres parcs.

On le sait tous, Disney a inspiré les parcs partout sur la planète. Cela passe par le concept du parc à thème en lui-même, mis en lumière par la firme aux grandes oreilles, que pour l'arrivée de certaines attractions novatrices pour l'époque, et que l'on retrouve aujourd'hui un petit peu partout. Le Fastpass, fait partie du rayonnement de Disney et a contribué à son influence.

Aujourd'hui, les coupes-files sont présents dans la majeure partie des parcs à thèmes qui se respectent. On peut citer Universal Studios (Orlando), principal concurrent, qui propose depuis de nombreuses années, le Universal Express pass, une option cette fois-ci payante, et qui peut atteindre 89 dollars par jour et par personne (hors taxes). Il en est de même pour le Parc Astérix, qui propose le Filotomatix, composé de pas moins de cinq options, à des prix différents. Cela commence par le Filotomatix unité, qui permet un embarquement privilégié pour une seule attraction, choisie au préalable, au prix de 6 ou 8€, par personne. Le prix peut grimper jusqu'à 89€, pour le Fitotomatix illimité, qui comme son nom l'indique, permet un accès sans attentes aux principales attractions autant de fois que l'on souhaite. Pour utiliser ce système, il est nécessaire d'avoir recourt à l'application du parc Astérix, pour réserver son créneau sans attente. Une gamme qui est donc large, permettant aux visiteurs de se laisser tenter en fonction de leur budget.

Les limites du Fastpass

Jusqu'ici, nous avons abordé l'histoire du fastpass, et son impact sur les autres parcs à thèmes. Mais le Fastpass que propose Disney présente des contraintes et des difficultés dans la gestion des flux. En effet, l'arrivée de ce service a causé un problème indirect : le ralentissement de la file d'attente classique. Les Fastpass étant prioritaires, et étant distribués de manière à ce que le plus de personnes puissent en avoir, cela a dévoilé au grand jour des difficultés.

Le résultat : des temps d'attente souvent très élevés, pour des files d'attente classique qui ne sont pas si imposantes que cela.

Cela a, de plus, un effet d'engrenage, des personnes vont prendre des Fastpass dès le début de la journée, ce qui va augmenter le temps d'attente classique. Les autres visiteurs, observant une attente très élevée, vont eux aussi préférer prendre un fastpass.

Un exemple sera plus facile pour comprendre :

Voici l'attraction Peter pan's Flight. Le temps d'attente est ici affiché à 60 minutes. Et comme on peut l'observer, la file d'attente classique de l'attraction est relativement petite. Elle est composée de plusieurs zigzags certes, mais fait partie des espaces d'attentes les plus petits du parc. La file d'attente ne déborde pas, elle est tout de même bien remplie, et pourtant 1h d'attente sont nécessaire pour parcourir ces quelques zigzags. La raison est simple, et vous l'aurez compris, les Fastpass en sont la cause. Or, le nombre de tickets Fastpass étant tout de même limité (en fonction de la capacité de chacune des attractions), de nombreuses personnes qui voudront faire l'attraction dans la journée, ne pourront plus prendre de Fastpass (il n'y en aura plus). Ils seront contraints de faire l'attraction en file normale, comme une grande partie des visiteurs, or cette file pourtant principale, n'avance qu'au compte-gouttes. Mais l'heure de la fin de ce système a sonné, le Fastpass est désormais remplacé par le Disney Premier access.


La fin d'un service encré dans l'imaginaire collectif

Vous l'aurez compris, le système Fastpass donnait l'illusion de gagner du temps, mais soulevait un problème plus profond et caché. De plus, les autres parcs proposent des systèmes de gestion de file d'attente qui sont payants. Disney a ainsi décidé de prendre les choses en main et de s'adapter à l'époque d'aujourd'hui.

Il faut désormais dire au revoir aux Fastpass, et dire bonjour au Disney Premier access.

Les enseignes Fastpass disparaissent progressivement sur le parc, comme ici à The Twilight Zone tower of Terror ou encore à Ratatouille : l'Aventure Totalement Toquée de Rémy.

Malgré ces défauts, c'est en observant ces deux images ci-dessus que l'on se rend compte à quel point le Fastpass était intégré dans les parcs Disney. Ce dernier symbolisait une véritable identité visuelle, reconnaissable par tous, laissant désormais ces endroits vide. Disneyland Paris devrait, en toute logique, faire en sorte de rendre ces espaces plus propres très prochainement. Les tickets étaient eux-mêmes décorés aux couleurs et symboles de chaque attraction :

Un nouveau service coupe-file, lancé dès le 5 août 2021

Ce tout nouveau système a un fonctionnement complètement différent. Tout d'abord, le service est payant, entre 5 et 13€, par personne, et par attraction. Les prix diffèrent également en fonction de la période.

 

Attractions à 5€ : Star Tours, Autopia, Phantom Manor

Attractions à 12€ : Ratatouille, Big Thunder Mountain, Buzz Lightyear Laser blast, Peter Pan's Flight, The Twilight Zone Tower of Terror, Hyperspace Mountain.

Attractions à 13€ : Crush's Coaster

 

Autrement dit, une famille de quatre personnes qui souhaite faire Big Thunder Mountain sans attendre, devra payer 4 x 12€ (48€) pour faire cette attraction une seule fois sans attendre. Le prix est particulièrement élevé, et marque un tournant majeur dans l'histoire des coupes-files chez Disney. Le parc pourrait proposer à l'avenir des packages, permettant d'acheter en une seule fois, plusieurs coupe-file sans devoir débourser une somme aussi importante.

Une autre nouveauté, l'achat de ces nouveaux Premier access se fera directement depuis l'application de Disneyland Paris, sur votre mobile. Un dispositif sera mis en place pour les personnes qui n'ont pas de téléphone, et qui souhaite tout de même y bénéficier.


Une conclusion s'impose...

Disney a donc pris la décision de mettre fin au Fastpass au profit d'un système payant à l'unité, comme c'est le cas dans de nombreux parcs. C'est une annonce qui n'est pas passé inaperçue, beaucoup étant déjà nostalgique de cet ancien système gratuit. Malheureusement, les visiteurs n'ayant pas les moyens devront prendre leur mal en patience. Néanmoins, ces systèmes de coupe-files payants étant développés un petit peu partout, le choix de Disney n'est pas vraiment surprenant. À contrario, en Allemagne, Europapark en dehors du Covid, ne propose pas de coupe-file, et le parc fonctionne pourtant correctement. Les attractions sont entièrement dédiées à la file principale, et ainsi tous les visiteurs sont reçues de la même manière. Actuellement, le parc propose tout de même la "virtual Line", un système de réservation gratuit, accessible à tous pour faire certaines attractions sans attentes. A Disneyland Paris, ce nouveau système payant est utilisé par une minorité de personnes, ce qui, espérons le va permettre d'avancer plus vite dans les files d'attente traditionnelles. Affaire à suivre...






Comments


bottom of page