Rechercher

Walibi Belgium | Le parc rouvre 100% de ses attractions, même sans permis de construire...

Pour Walibi, la nouvelle saison 2022 est entachée d'un coup dur. L'association des riverains a abouti à l'annulation du permis de construire de plusieurs zones & attractions, empêchant théoriquement la réouverture de celles-ci temporairement. Le parc a toutefois annoncé qu'il tournerait avec 100% de ses installations dès le 2 Avril ! Le bras de fer s'engage...


Les riverains font annuler le permis de construire de Walibi Belgium

Victime des inondations l’été 2021 et fermé pendant de longs mois en raison de la crise sanitaire, le parc d’attractions vient de se voir retirer le permis qui lui avait été accordé en 2018 pour poursuivre et étendre ses activités avec plusieurs nouveautés de taille, dont Kondaa & Tiki Waka. Le Conseil d’Etat a donné raison aux riverains qui se plaignaient du bruit.

"Les attractions aménagées après 2015, ou qui ne sont pas couvertes par le permis de 2015, sont forcément illégales dans la mesure où les permis de 2018 qui ont été délivrés pour ces attractions sont annulés par le Conseil d’Etat, explique Denis Brusselmans, avocat de l’ASBL Les Versants de la Dyle, qui représente de nombreux riverains. La réponse est claire. Cela n’empêche pas Walibi d’ouvrir, mais en réservant les attractions couvertes par le permis de 2015 au public et en interdisant les autres."

Mais pour Walibi, lancer la nouvelle saison en se privant des grandes attractions récentes paraîtra sans doute inconcevable. La saga des recours a vécu plusieurs épisodes depusi 2018 :

  • Novembre 2018 : estimant que le Permis est inacceptable pour les riverains, l’ASBL « Les Versants de la Dyle » (qui regroupe de nombreuses familles proches du parc Walibi), déposent un recours en annulation auprès de la région.

  • 19 novembre 2018 : Des avancées significatives sont formulées sur certains points importants, dont les limites sonores, les contrôles sonométriques …. Officialisées dans un nouveau permis qui met tout le monde d'accord.

  • 3 jours après le délai légal de dépot : A cause des grèves postales, la Région notifie officiellement ce nouveau permis à son bénéficiaire (Walibi), trois jours au-delà du délai légal. Ce permis sera déclaré inexistant faute d’avoir été notifié dans le délai, faisant revivre la décision antérieure du 13 août 2018, jugée très défavorable pour les riverains

Le dernier « Permis Intégré » (août 2018), demandé par Walibi, et octroyé par la Région Wallonne, était plutôt favorable au parc, l’autorisant notamment à passer de 55 dBA à 60 dBA, soit pratiquement trois fois plus de bruit) toute la journée, et ce, jusque 23 heures, durant dix « journées exceptionnelles ».



La seule solution pour les riverains est alors le recours en Conseil d'état.


"Il y a des solutions, poursuit l’avocat Denis Brusselmans. Des solutions avaient d’ailleurs été indiquées par une autorité de recours dans un épisode précédent du dossier. Ce permis convenait parfaitement aux riverains. Mais ce permis avait été déclaré inexécutable car il avait été notifié avec trois jours de retard, ce qui est bien dommage."


Si on en revient donc à ce permis qui n’avait pas pu être exécuté, tout le monde serait sans doute satisfait. En tous cas les riverains ne s’y opposeraient pas. Dans le cas contraire, légalement Walibi ne peut ouvrir en Avril ses attractions Kondaa & Tiki Waka.


Walibi ouvrira à 100% le 2 Avril, avec Kondaa & Tiki Waka


Contactée récemment, Justien Dewel, Communication Manager de Walibi Belgium répond clairement : "Nous vous confirmons que nous ouvrirons bien l’ensemble de nos infrastructures le 2 avril prochain."

Walibi ne s'estime pas responsable de cette situation et a décidé d’ouvrir malgré tout. Les attractions et restaurants seraient donc en infraction d'après l'annulation du permis. "Nous allons nous adresser à la ville de Wavre pour les régulariser", explique, Jean-Christophe Parent, directeur général de Walibi et Aqualibi. En attendant l'aboutissement de cette procédure, rien n'empêche d'exploiter le parc normalement selon lui.


"Cela me semble être un coup de force, réagit Denis Brusselmans, avocat qui représente de nombreux riverains. Je ne comprends pas comment on peut affirmer haut et clair qu’on va commettre une infraction alors qu’on est parfaitement conscient que les installations ne sont pas couvertes. Ouvrir le parc dans la situation actuelle me semble bizarre et frontalement contraire à la loi."


Selon Denis Brusselmans, la position de Walibi est d’autant plus étonnante que même si la ville de Wavre décidait de régulariser les infractions urbanistiques, cela ne donnerait pas le droit à Walibi d’exploiter ces attractions et restaurants. Il lui faudrait pour cela un nouveau permis unique que seule la Région wallonne pourrait lui délivrer. Le patron du parc voit manifestement les choses différemment.


En fait, pour obtenir un nouveau permis, Walibi n'a aucune démarche à entreprendre. Car si les permis obtenus en 2018 ont été annulés, sa demande reste valable. Suite à la décision du Conseil d’Etat, le dossier est retourné à la Région. L’administration wallonne dispose de 140 jours maximum (le délai a commencé mi-février) pour re-statuer et éventuellement délivrer le fameux sésame.


Une décision peut évidemment tomber plus rapidement. Mais la perspective d’une longue attente explique peut-être pourquoi la direction du parc a choisi de s'engager dans la voie d'une régularisation (qu'elle espère plus rapide) via la ville de Wavre et de maintenir une ouverture complète le 2 avril. Du point de vue économique, elle ne peut sans doute pas se permettre de faire autrement. Mais la démarche a-t-elle des chances d'aboutir?


Walibi prend par ailleurs le risque de poursuites judiciaires. Si le parc ouvre des attractions qui n’ont pas de permis, un procès-verbal pourrait être dressé et transmis au parquet. Mais l’administration wallonne ira-t-elle d’initiative constater d’éventuelles infractions, alors que c’est elle qui est responsable de l’annulation des permis? Comment réagiront les riverains?


Voilà donc quelques questions sans doute abordées lors de la réunion du comité d’accompagnement de Walibi. Direction, riverains, représentants de la ville et de l’administration wallonne se retrouvent autour d’une même table le 24 mars.


Source d'informations & interwiews : RTBF

3 458 vues