Rechercher

Oz'iris, 10 ans de vol pharaonique, ça se fête !

Il y a 10 ans, le plus gros projet du Parc Astérix se dévoilait au grand public. Une toute nouvelle attraction pharaonique voyait alors le jour, dans un tout nouvel univers, L’Egypte. Oz'iris se retrouve alors en vedette et fait planer les visiteurs depuis 2012. Mais alors, pour cet anniversaire de cette attraction iconique, revenons sur l’histoire, la conception, la scénographie de ce qui fait sans aucun doute la meilleure attraction du parc. Restez jusqu'à la fin, il se pourrait qu'on ait une petite surprise à vous faire gagner.


Les débuts du projet et la construction

Si les premières ébauches ont commencé dès 2009, il faudra attendre 2010 pour que le chantier soit véritablement acté.

Le défrichement de la zone a occupé l'hiver 2010/2011, tandis que la construction et le montage de l'attraction s'est étendu de juin à août 2011.

Dès 2011, les images des rails apparaissent, prises depuis l'usine du constructeur de l'attraction.

Une fois les rails arrivés sur place, le montage a donc pu commencer. Via le permis de construire, datant du 25 juin 2010, on y voit les premières informations : 35 mètres de haut ou encore le type d'attraction.

Les trois images ci-dessous ont été prises par l'initiateur du projet Oz'iris lui-même, Julien Bartevas lors de la construction :

Un constructeur de renommée internationale

Le constructeur de l’attraction n’est autre que Bolliger & Mabillard, ils sont connus pour avoir construit en Europe, Silver Star à Europapark, Shambhala à Port Aventura, Black Mamba à phantasialand ou encore Fenix à Toverland.

Oz'iris est alors le premier B&M neuf construit sur le territoire français. Un second est malgré tout présent en France, à Waligator, depuis 2010, mais il s’agit d’une relocalisation. Concernant la qualité et le côté "premium" de cette société, une citation extraite d'un reportage de nos confrères coasterworlds a attiré toute notre attention : « C’est vrai que B&M, on les surnomment souvent la Rolls Royce des coaster, et ça se vérifie », citation de Benoit Spriet, directeur des projets artistiques de la CDA (compagnie des Alpes), qui détient entre autres, le Parc Astérix. On a donc ici une machine de qualité supérieure, fiable et robuste.

L’attraction et ses caractéristiques techniques

Évoquons brièvement les principaux éléments de l’attraction avant de se focaliser sur les éléments plus uniques : 40 mètres de haut, 1000 mètres de longs, 5 inversions.

Saviez-vous que Oz'iris disposait à son ouverture de deux éléments uniques et novateurs pour ce modèle d'attraction ?


Tout d'abord, la première inversion, du nom de Dive loop, n'avait jusqu'ici jamais été proposée pour un inverted coaster de ce constructeur. La 1ère descente présente elle aussi une nouveauté. En effet, avant 2012, les inverted coaster disposaient d'une pré-descente, autrement dit d'un moment de transition entre la fin de la montée, et la descente. Cela permettait d'éviter d'abimer prématurement le moteur du lift, qui aurait pu à chaque passage d'un train, être emporté et sursollicité. Mais avec les nouvelles technologies, cette pré-descente n'est plus nécessaire, et permet une fois l'ascension atteinte, d'entamer directement la première descente, et ainsi permettre plus de sensations, en plongeant dans le vide dès le départ.

Ci-dessous, en image, les deux nouveaux éléments dont Oz'iris dispose, la troisième photo représentant les anciennes drop (premières descentes), des modèles prédécesseurs.

On a ainsi un circuit finement dosé, avec des éléments uniques à son ouverture, des sensations de vols réparties tout du long, pour une attraction aérienne et planante.


La scénographie et l'histoire de l'attraction

Avant même la construction, un travail de création a été évidemment nécessaire. Cela passe par les couleurs dominantes recherchées, du design des sculptures, des trains et plus encore. En voici plusieurs représentations, réalisées par Julien Bartevas :

Sur la dernière photo ci-dessus, une idée de ce à quoi aurait pu ressembler la zone Egyptienne, avec une pyramide sur la gauche, des chaises volantes au milieu et un parcours différent de ce que l'on peut connaître aujourd'hui !


De nombreux concept art ont été réalisés, comme ci-dessous, pour déterminer la couleur de l'attraction. C'est sur ces modèles que les choix thématiques sont ensuite réalisés. Ainsi, Oz'iris aurait pu être rouge et jaune ou encore jaune et vert !

Un autre élément, cette fois-ci sonore a une place majeure dans la zone de l'attraction, la bande son (soundtrack). Composée par Patrice Peyrieras, elle intègre le visiteur dans l'ambiance, de son entrée dans la zone, jusqu'au quai d'embarquement. Un court extrait ci-dessous :

La totalité de la file d'attente est composée de jeux de mots, d'humours, de parchemins et sculptures en tout genre. D'abord en extérieur, vous finissez par entrer dans un temple, dans lequel Iris vous attend. La storyline, autrement dit l’histoire de l’attraction, utilise ce personnage, issu des douze travaux d’Astérix. Il a la capacité d’hypnotiser les personnes qu’il rencontre sur son passage. Il hypnotise alors les intrépides visiteurs qui viendraient croiser son regard, en les faisant passer pour des animaux. Il met alors les individus dans un état en dehors du temps, dans lequel ils n’ont plus le contrôle de leur vie, et deviennent alors des oiseaux. Telle la phrase au départ de l’attraction : « Par Osiris et par Apis, vous êtes maintenant des oiseaux, oui des oiseaux ». Vous l'aurez compris, le nom de l'attraction est alors un jeu de mots, un mix entre oz (oser), et Iris. Il s'agissait d'ailleurs du slogan lors de l'ouverture : "allez-vous oser Oz'iris".

L'ouverture de l'attraction: une inauguration en grande pompe

Retour en avril 2012, avec la cérémonie d’ouverture de la zone Egyptienne :

Projections, fontaines, flammes et feu d'artifices, tout y est pour fêter l'évènement comme il se doit. L'attraction ouvrit dès le premier jour d'ouverture du parc pour la saison 2012, à savoir le 7 avril.

Dans les premières années d'ouverture, des produits dérivés venaient compléter l'offre de la zone: magnet, tee shirt, bracelets, tasses.

On regrette néanmoins que le merchandising d'Oz'iris soit à l’heure actuelle inexistant.

L’engouement à l'ouverture est tel que le 1er novembre 2012, tout juste 7 mois après son ouverture, l’attraction comptabilise déjà 1 million de passagers. Le millionième passager a pu repartir avec 4 pass annuels pour la saison suivante, pour lui et ses proches et s’est vu applaudir alors qu’il embarquait dans l’attraction.


Un autre point important, la communication de cette nouveauté ! Publicités, spot télé, affichages, le parc s'est servi de plusieurs canaux communicationnels pour promouvoir sa toute dernière machine. Voici la publicité principale d'Oz'iris :

L'affiche promotionnelle quant à elle ressemblait à cela et réunissait tous les principaux éléments de la zone : le temple, l'attraction, les trains, la tour Eiffel.

Mais la zone se compose aussi d’autres divertissements :

SOS numérobis, anciennement Périférix, il s'agit d'un petit coaster du constructeur Zierer qui vient compléter l'espace. Déjà existant avant l'ouverture d'Oz'iris, celui-ci a été rethématisé pour s'intégrer au mieux.

On retrouve dans la zone une boutique, qui vend des glaces et goodies du parc.

Enfin, un show avec projections et fontaines pour certaines nocturnes et évènements privés est également de la partie. Les fontaines avec la voix d'Iris s'animent quant à elles, tous les jours.


10 ans plus tard, la zone se renouvelle pour conserver son attractivité !


Une toute nouvelle animation en zone Égyptienne, caractérise l'année 2022 !

Ce spectacle, intitulé "les offrandes de cléopâtre" , est joué jusqu'à 8 fois par jour, et dure 8 minutes. Une bonne idée pour animer cet espace sublime ! Simple et efficace, avec de la musique et la synchronisation des fontaines, c'est un ajout tout à fait légitime !

La storyline, de ce spectacle ? La voici : "Suite à une importante sécheresse Cléopâtre rencontre Oz'iris : l’objectif ? Que toutes les offrandes faites au Dieu le convainquent de rendre l’eau au Village ! " .

Deuxième changement pour 2022: des opérations repensées pour accueillir toujours plus de visiteurs :

Mise en situation, vous êtes sur le point d’embarquer dans Oz'iris, les portillons s’ouvrent, et c’est à ce moment précis que la pagaille se fait ressentir en zone d’embarquement. Vous voulez poser votre sac, tandis que les personnes venant de faire l’attraction les récupèrent. 30,40,50 personnes sur le quai en même temps, voilà quelle était la principale difficulté d’opération sur Oz'iris jusqu’ici.

Désormais, fini les placards, source de rassemblement tel un métro aux heures de pointes ! Maintenant, un opérateur, muni d’un chariot, vient vers vous pour que vous y déposiez votre sac. Une fois tous les sacs réunis, le chariot se voit être acheminé à l’extérieur de la gare, par une porte jusqu’ici inutilisée. À la sortie, vous faites le tour, comme avant, et récupérez vos affaires juste avant le point photo. En voilà une manière originale de désengorger la gare, en évitant que les nouveaux et anciens passagers se croisent au même endroit ! Le résultat : un gain opérationnel et capacitaire colossal. Vous avancerez plus vite, et les trains s’enchainent à vive allure ! Le débit théorique de l’attraction, qui est de 1600 personnes chaque heure, peut désormais être atteint, ou en être très proche. A noter que ce système avait déjà été testé quelques années auparavant en phase expérimentale.

Chiffres, données et informations complémentaires :

Dans la vidéo ci-dessous, Pascal Fliche, directeur du parc à l’époque, est interviewé sur la zone Egyptienne. Il aborde plusieurs points tout à fait intéressant :

. 20, voire 30 ans, c’est la durée correspondant à l’amortissement de l’attraction pour la partie « solide » bâtiments et rails. Autrement dit, Oz'iris sera rentable au bout d'une vingtaine d'années !

. La zone, et sa volonté de préservation environnementale : Chaque arbre abattu dans le cadre du projet a été replanté. Le temple de l’attraction quant à lui, a été monté sur des pieux, de manière à ne pas endommager les nappes phréatiques.

. Quand les parcs concurrents se cherchent un petit peu… Dans cette même vidéo, Pascal Fliche se permet de lancer un pic à Disneyland Paris : « Si je devais m’adresser à des investisseurs, je leur dirais qu'il vaut mieux investir dans un petit bocal mais qui rapporte de l’argent, que dans un gros bocal qui n’en rapporte pas beaucoup, voire pas du tout » : une allusion certaine à Disneyland Paris, qui à l’époque était particulièrement endetté.

. L’attraction fut un temps, était équipée de caméras embarquée qui étaient placées sur chaque rangées du train, à l’exception de la 1ère. Il était donc possible d’acquérir une vidéo qui nous filmait pendant toute la durée de l’attraction. Hélas, elles ont finit par être retirées.

Terminons avec quelques images: de jour comme de nuit, l'attraction est resplendissante :

Quelques images de la file d'attente et des trains :

Répondez à la question ci-dessous pour tenter de gagner un badge Oz'iris !

Si la zone Egypte comptabilise aujourd'hui deux attractions, le parc envisageait d'y implanter une troisième aventure. Quel était le type d'attraction qui aurait pu compléter la zone ? Indiquez votre réponse dans les commentaires du post Facebook dédié à cet article.


Conclusion

Pour finir en quelques lignes, le Parc Astérix accueille depuis 10 ans maintenant une zone et une attraction fantastique qui ne cesse de plaire aux visiteurs. Cet anniversaire a conduit le parc à davantage animer la zone thématique et a repenser le système d'embarcation de l'attraction de manière à fluidifier les passages. Enfin, si nous évoquions en début d'article qu' Oz'iris était le plus gros investissement du parc, il sera bientôt détrôné par le projet TOUTATIS, qui accueillera un multi launch coaster pour 2023, qui s'annonce d'ors et déjà unique au monde (bien qu'un coaster similaire vient d'ouvrir à Busch Gardens Williamsburg, du nom de Panthéon) ! Affaire à suivre pour ce nouveau chantier titanesque...



1 051 vues